Kabila: les failles de sa communication

Photo de Joseph Kabila

Kabila est devenu indésirable, tant aux yeux de la communauté internationale que sur le plan diplomatique africain.

L’Afrique et le déficit de communication

Le trait d’un pays, la République Démocratique du Congo (RDC), qui n’a eu de cesse de voir un président fort de sa longévité et de son emprise sur son peuple. Faut-il rappeler la gouvernance Mobutu, celle de Kabila père, suivie de Kabila fils – des hommes qui ont marqué l’histoire – dans un pays aux 77 millions d’habitants, et un territoire 4 fois plus grand que la France. Pays enclavé, avec autour de la RDC, neuf pays qui partagent les mêmes frontières et dans l’est, près du Kivu, se situent un Ouganda influent, un Burundi et un Rwanda puissant.

Carte de la République Démocratique du Congo

La République Démocratique du Congo et ses voisins de l’Est

Ceci étant, aujourd’hui, le plus choquant dans le récit autour de la République Démocratique du Congo repris par les médias occidentaux, c’est l’omerta entretenue. Une obscurité qui plane toujours sur tout le pays. Quand bien même des critiques acerbes seraient de mises autour de la politique de Joseph Kabila, il serait légitime de faire mention d’un pays qui est en guerre avec les plus grandes atrocités dans la région du Kivu.

Kabila et le mur du silence

Les conseillers les plus proches du président congolais refusent de communiquer. Les demandes des médias occidentaux sont ignorées. Préférant, laisser le champs libre à l’opposition. Il s’agit d’une erreur politique, quelle qu’elle soit l’orientation prise par l’exécutif en place. A surprendre plus d’un, la République Démocratique du Congo présente des résultats économiques loin d’être faméliques. En effet, la croissance gravite autour de 7% depuis cinq ans. L’inflation demeure maîtrisée après avoir vécu des années rocambolesques.

Aujourd’hui, la République Démocratique du Congo, mais aussi l’Afrique doit s’affranchir du destin qui lui est apposé d’une image écornée en Europe. La transition politique voulue par la communauté internationale et un président, aux mandats,  « répétitifs » ou « répétés », est fortement décriée.

Comment voyez-vous l’évolution du système de la communication  Africaine, et à la république démocratique du congo en particulier?